fbpx
Accueil » Ayrton Senna, Icône fulgurante !

Ayrton Senna, Icône fulgurante !

Ce dimanche 1er mai 1994, le monde célèbre la journée internationale des travailleurs.    

Au Brésil comme en Italie, les rues sont inondées de gens qui flânent au rythme des concerts et autres manifestations.

Seuls les grands amateurs de Grand Prix automobile ont délaissé les festivités pour assister, en direct, à la 1ère épreuve européenne de la saison du championnat du monde de Formule 1. 

Et ils vont assister…à la mort de leur héros.

Écoutez sur votre plateforme préférée :
Téléchargez l’application Podcast Story :
Abonnez-vous et activez la cloche pour ne rater aucun podcast !

 

Cet après-midi-là, sur le circuit d’Imola, en Italie, les plus grands pilotes s’apprêtent à en découdre pendant près de 2h, à plus de 300 kilomètres à l’heure. 


A l’intérieur des stands qui longent la piste du circuit, les techniciens s’agitent.

Dans la cadence effrénée des minutes qui précèdent une course, tous ajustent minutieusement les derniers détails mécaniques de leur bolide.

25 pilotes, chacun étroitement assis dans l’habitacle de sa monoplace, se concentrent sur la trajectoire, et se remémorent, consciencieusement, les différents obstacles du circuit… 


Sous les casques, la tension est à son comble. 


Quand le signal retentit, les techniciens s’écartent et les voitures quittent le stand, pour rejoindre, les unes derrière les autres, la grille de départ. 

En pole position, le triple champion du monde Brésilien Ayrton Senna.

Les moteurs grondent et font disparaître les gradins dans une épaisse fumée blanche. 


Le drapeau vert est levé, les 5 feux rouges s’éteignent simultanément : 

La course est lancée ! 


Ayrton Senna place l’embrayage au point de friction. 

La gomme des roues arrière patinent sur le bitume et toute la puissance du moteur projeté, telle une fusée, le bolide vers l’avant. 


C’est parti pour 58 tours de pistes et 286 kilomètres de courses. 


Mais ce jour-là, sur le circuit d’Imola, Ayrton Senna ne passera jamais le 7e tour…

Né dans la nuit du 21 mars 1960, Ayrton Da Silva Senna vit une enfance heureuse, au cœur des beaux quartiers de São Paulo, au Brésil.  

Dans la grande propriété familiale, les nombreuses voitures qui stationnent dans les allées fascinent le petit garçon. 

Leurs couleurs, la carrosserie, le bruit des moteurs…Ayrton adore s’y installer et s’imaginer les conduire.  

Las de lui faire faire des tours de voiture sur ses genoux, son père lui fabrique un petit kart, construit à l’aide du moteur de la tondeuse à gazon… 

Le jour de son 4e anniversaire : Ayrton découvre son cadeau.  

Assis dans son nouveau bolide, il enclenche instantanément le démarrage : le kart s’emballe et fonce dans le jardin.

Cheveux au vent et sourire jusqu’aux oreilles, Ayrton accélère, freine, contourne et dérape.

Les sensations que la vitesse lui procure ce jour-là le métamorphosent !  

Dans les allées de la résidence, les maisons voisines vivent au rythme du bourdonnement incessant du kart du petit Senna. 

Les années passent et la passion du jeune garçon perdure.

À 7 ans, Ayrton monte dans la Jeep paternelle et enclenche le contact.

A peine plus haut que le tableau de bord, les mains bien calées sur le volant et la tête légèrement baissée en direction du capot, le petit garçon se concentre. Il apprend un nouveau langage… Celui du moteur ! 

Autour de la ferme familiale, la voiture passe et repasse. Des centaines de fois…

Très vite, le petit garçon s’initie à la mécanique de précision et fait de son kart une véritable obsession.  

Mais à la maison, la tension est palpable. 

Issu d’une famille très catholique, dont les valeurs bourgeoises ne correspondent pas vraiment à la passion excessive d’Ayrton, ses parents, inquiets, tentent de lui faire changer de voie. 

Rien n’y fait. Ayrton veut conduire, partout, tout le temps. 

Alors à 13 ans, après des années à trafiquer le moteur de la tondeuse à gazon sur son vieux bolide, Ayrton s’engage en courses (de kart)

Perfectionniste et particulièrement exigeant avec lui-même, il devient très vite une référence dans les catégories d’âges. 

Avant chaque course, isolé seul dans son coin, Ayrton Senna analyse le circuit, et calcule minutieusement ses trajectoires. 

Prodige du volant, le brésilien réinvente à lui tout seul l’art de piloter un kart et remporte immédiatement ses premières compétitions. 

D’abord sacré champion d’Amérique du Sud à 17 ans, il sera ensuite 2 fois vice-champion du monde de Formule 1. 

Ses succès sur les circuits sud-américains ne tardent pas à se faire entendre jusqu’en Europe.

Les écuries automobiles britanniques, de plus en plus attentives aux performances du petit génie du karting, décrochent enfin le téléphone. 

Pour Ayrton, l’occasion de quitter le Brésil pour rejoindre l’Angleterre, passage obligé pour tous les pilotes qui rêvent, faire carrière, est inespérée.  

Sans aucune hésitation, il accepte l’invitation. 

Au plus grand regret de ses parents, Ayrton abandonne alors définitivement ses études et s’envole rejoindre les pistes européennes.  

À l’hiver 1980, du haut de ses 20 ans, Ayrton atterrit en Grande-Bretagne. 

Là-bas, sous le ciel immensément gris du circuit de Snetterton, à quelques centaines de kilomètres de Londres, Ayrton Senna quitte le karting et s’installe pour la 1ère fois à bord d’une voiture de course.

Au volant de son nouveau bolide, la magie opère instantanément. 

Dans un pays où le sport automobile est très populaire, Senna ne tarde pas à se forger une solide réputation.

Malgré tout, les temps sont durs sous le ciel anglais…

Le climat, la culture, bien trop différentes. Et puis la forte pression familiale pour qu’il rentre au pays.  

Rongé entre le remord et la volonté d’ambition, Ayrton hésite.

Mais la passion, le challenge, le rêve et l’obsession de la victoire en compétition prennent définitivement le dessus. 

Au Brésil, les parents ont compris : Ayrton ne reviendra plus.  

Résignés tous les deux, ils se décident enfin à l’encourager dans cette voie…

1 an seulement après son arrivée en Grande-Bretagne, il remporte sa 1re compétition nationale en Formule 3. 

Avec toujours cette ardente obsession de la victoire, Ayrton Senna continue de dominer le championnat anglais les années suivantes. 

Rapide et particulièrement agressif dans son pilotage, il est très vite repéré par plusieurs écuries de Formule 1 et rejoint, en 1983, la modeste équipe de “Toleman“. 

Le monde de l’automobile assiste, cette année-là, à la naissance du phénomène.

Comme ce 3 juin 1984, sous la pluie battante du circuit de Monaco.

Sur la ligne de départ, on ne voit pas à 3 mètres. Le sol est glissant, les virages déjà gorgés d’eau.

Les arbitres s’interrogent.

Doit-on laisser démarrer la course dans ces conditions ?

Le jeune virtuose Brésilien, lui, ne se pose aucune question. Il s’impatiente même.

Malgré le manque de visibilité, le drapeau vert se lève : la course est maintenue. 

13e sur la grille de départ, il remontera un à un tous ses concurrents avant de dépasser, au dernier tour, Alain Prost en 1ère position.

Cette leçon de pilotage le révèle définitivement au grand public et propulse le brésilen au sommet des classements.

Commence alors la plus grande rivalité de l’histoire de la Formule 1…

Depuis le début des années 80, la course automobile est dominée par le français Alain Prost.

Mais l’émergence du jeune prodige brésilien va vite venir contrarier cette domination. 

Les courses prennent des allures de batailles et font des circuits de Formule 1 le théâtre d’une guerre sans merci.

Ce dimanche 25 septembre 1988, pour le Grand Prix du Portugal, toute la famille Senna a fait le voyage. 

Une victoire sur ce circuit permettrait au Brésilien de conforter son avance sûr Alain Prost, et rafler le titre tant convoité, champion du monde. 

Confiant, Senna domine la course et gère parfaitement bien ses trajectoires. 

Quasiment déjà annoncé, vainqueur à quelques tours de la fin, le Brésilien maintient sa 1ère position et file tout droit vers la victoire. En tribunes, les Sud-Américains sont à la fête ! 

Mais au moment d’aborder la dernière ligne droite, la McLaren d’Alain Prost, lancée à pleine vitesse, surgit dans le rétroviseur d’Ayrton Senna. 

Surpris, le brésilien accélère, mais c’est déjà trop tard…

Alain Prost, positionné au même niveau, prend le dessus et entame son dépassement.

D’un geste désespéré, Ayrton Senna donne un violent coup de volant sur le côté et tente d’éjecter le français dans le décor.  

De justesse, Prost évite le mur…et gagne la course. 

Cette manœuvre, qui aurait pu coûter la vie du pilote français, marque le début de 5 années d’une folle rivalité. 

Quelques semaines plus tard, les 2 pilotes se retrouvent au Japon pour l’avant-dernier Grand Prix d’une saison passionnante. 

Tous les 2 se battent encore une fois pour le titre de champion du Monde, avec en-tête… L’éternelle obsession de la revanche. 

Le départ est lancé : la voiture d’Ayrton Senna cale et s’arrête net au démarrage.

Alain Prost, tout sourire, prend seul le contrôle de la course. 

Mais l’incroyable acharnement du brésilien aura le dernier mot. 

En 27 tours, il rattrape son retard et passe la ligne d’arrivée juste devant son rival.

Ayrton Senna tient sa revanche ! 

Il est sacré champion du monde de Formule 1 pour la 1ère fois.  

Les années passent, et les titres s’enchaînent. 

Mais le climat entre les 2 coureurs continuent de se dégrader.  

Toujours animé par une soif de vengeance, Ayrton Senna prend les courses comme une bataille personnelle et passionne les foules. 

Le 22 octobre 1990, pour la 3ème année consécutive, le titre mondial se joue sur le circuit japonais de Suzuka. 

À l’issue de cette course, si aucun des deux pilotes ne marque de point, Ayrton Senna, en pôle position dans le classement mondial, sera automatiquement sacré champion du monde.  

Sur la piste l’ambiance entre les deux leaders est extrêmement tendue. 

La course démarre, le brésilien met tout de suite un terme au suspens ! 

Dès le premier virage, déjà en duel avec Prost, Senna braque et percute à pleine vitesse la Ferrari du Français. 

Cet accrochage spectaculaire envoie directement les deux hommes hors course. 

Tous les 2 sont éliminés. 

Prost est furieux ; Senna champion du monde.

Tout au long de sa carrière, Ayrton Senna a focalisé son attention sur son adversaire français.  

Rien ni personne ne semblait l’intéresser plus que son rival.

Alors quand Alain Prost annonce sa retraite anticipée à la fin de l’année 1993, Ayrton Senna, comme abandonné, se plonge dans un profond silence…

Nous sommes le vendredi 29 avril 1994 

Dans 48 heures, le départ du Grand Prix de Saint-Marin, en Italie, sera donné.

Comme le veut la règle, les pilotes sont invités à effectuer les essais libres : 

Ils se familiarisent avec le circuit, les écuries mettent au point les voitures, et les 1ers temps de références sont établis.

Mais ce vendredi, le tour de piste du pilote brésilien Rubens Barrichello va prendre une toute autre tournure.

Lancée à pleine vitesse sur une ligne droite, la voiture bute la chaussée, s’envole et heurte de plein fouet la barrière de sécurité. 

Le choc brutal réduit immédiatement la voiture en miettes. 

L’ami et compatriote d’Ayrton Senna, totalement inconscient au volant de sa Jordan Bleu, est héliporté vers l’hôpital de Bologne.

Miraculeusement, Rubens Barrichello est vivant.  

Le lendemain, samedi 30 avril, les essais qualificatifs commencent dans une atmosphère pesante…

Senna, visage assombri, est angoissé. Particulièrement touché par l’accident de son ami la veille, il doute de la sécurité du circuit. Et son instinct lui donnera raison…

Dans le 4ème virage, l’aileron avant de la Simtek de Roland Ratzenberger se détache d’un coup et propulse, à une vitesse terrifiante, le bolide de l’autrichien sur le mur de béton. 

Sur les écrans du stand Williams, Senna assiste en direct à la collision. 

En apercevant la tête de Ratzenberger pencher sur le côté, Ayrton comprend tout de suite : l’autrichien est mort.

Le circuit d’Imola se plonge brutalement dans un lourd silence. 

De retour dans sa chambre d’hôtel, Ayrton est au plus mal. Toute la nuit, seul devant la fenêtre, il réfléchit et s’interroge : ne devrait-il pas rentrer au Brésil ? 

Ce dimanche 1er mai 1994, à l’heure où Alain Prost annonce en direct sur TF1 la grille de départ, les pilotes s’installent dans leur cockpit. Malgré les événements tragiques de ces 2 derniers jours, la course est maintenue.

Ayrton Senna est là, en pole position. 

Le signal retentit, les feux passent au vert. 

Les bolides s’élancent à plus de 300 kilomètres heures. 

Suivi de très près par Mickaël Schumacher, Ayrton maintient sa 1ère position.

Déjà au coude-à-coude, les 2 pilotes se lancent dès le départ dans un combat acharné. 


Au 5e tour, Senna conserve encore l’ascendant devant Schumacher. 

La course se jouera entre les deux. 


Le suspens est insoutenable ! La bataille engagée entre les 2 hommes est captivante. 

Dans les hauteurs des tribunes, les cabines de presse s’agitent quand les commentateurs, euphoriques, s’emballent à chaque virage. 

Il est 14h15 quand les 2 hommes entament le 6e tour. 

Pressé par un Schumacher obstiné, Senna accélère et aborde à plus de 300 km/h la grande courbe de Tamburello. 

Mais alors qu’elle s’apprête à sortir du virage, la Williams FW16 du Brésilien dévie soudainement de trajectoire. 

Senna décélère aussitôt, mais le bolide, déjà engagé à pleine vitesse, fonce tout droit, survole le bac à sable et s’écrase instantanément contre le mur de béton. 

Après plusieurs rebondissements, la voiture s’immobilise. 

Toute la carrosserie du flanc droit est déchirée, en plusieurs centaines de morceaux… 


Le drapeau rouge se lève, la course est interrompue. 

Dans le stand de l’écurie britannique Williams-Renault, tous les yeux sont rivés sur les écrans de contrôle et guettent, impatients, un mouvement, un geste de leur pilote. 

Le casque jaune d’Ayrton Senna se balancera une fraction de seconde, avant de s’immobiliser.   


Dans le ciel voilé de ce dimanche 1er mai, sur le circuit d’Imola, les hélices de l’hélicoptère se mettent lentement à tourner.

Alain Prost, en direct au micro de TF1, l’a déjà compris… il sait qu’il ne reverra jamais son rival de toujours.  

Fallait-il interdire la course après les deux accidents survenus pendant les essais ?

Beaucoup le pensent et la polémique autour de ce week-end meurtrier continue encore aujourd’hui d’alimenter les débats.

Malheureusement, les enjeux financiers considérables de la Formule 1 semblent souvent l’emporter sur la sécurité des pilotes. 

En refusant catégoriquement la présence du président de la fédération internationale de l’automobile, Max Mosley, à l’enterrement d’Ayrton, la famille Senna semble bien partager aussi cette opinion…

Le Brésil pleure son héros… Le monde entier aussi. 

Au matin de ce jeudi 5 mai 1994, pour le dernier voyage de leur idole, des centaines de milliers de brésiliens envahissent les rues de São Paulo et assistent, visages meurtris et casque jaune à la main, au dernier tour piste de leur plus grand champion.

Secret, intense, parfois mystique, ce seigneur de la Formule 1 aura définitivement laissé à jamais une trace indélébile sur le monde du sport.

Texte : Laurent Latappy

Voix : Eric Lange

D'autres podcasts à découvrir

MBAPPÉ, Il reste !

Dans la petite salle de classe de l’école primaire de Bondy, ville de la banlieue nord-est de Paris, la maîtresse s’applique à écrire le...

Triche dans le sport

TRICHE DANS LE SPORT

« L’important c’est de participer ! ». Tout le monde est d’accord ! … En théorie… Sur le terrain, c’est souvent différent. Alors...

Sport