fbpx
Accueil » henri 8

Taghenri 8

On gardera d’Henri 8 l’image d’un monarque brutal, un tyran, un monstre qui aurait inspiré à Charles Perrault le conte de Barbe bleue. Ce personnage qui épouse puis tue plusieurs femmes.
Un triste auteur de féminicides.

Henri 8 eut une excellente éducation, garçon érudit instruit, ouvert a différentes formes d’art, il savait se comporter en véritable prince charmant. Comme le début d’un conte : tout avait bien commencé. Le 24 juin 1509, Henri VIII accède au trône d’Angleterre. Il n’a même pas 20 ans. Il est mal préparé à l’exercice du pouvoir. C’est son frère aîné qui devait gouverner. Mais il décède. Henri 8 a déjà perdu sa mère et son père. Et c’est à lui donc de porter la lourde couronne de sa dynastie, celle des Tudors.

Une malédiction s’abat sur lui, le fait qu’aucune de ses femmes n’aura pu lui donner d’enfant héritier le transforma en personne cruelle, ses femmes ont toutes donné naissance soit à des filles soit à des enfants morts nés. C’est Jeanne Semmour qui donnera naissance à l’héritier, Edouard VI. Mais la malédiction des femmes de Henri VIII se confirme : 12 jours après la naissance de son fils, Jeanne Seymour décède des suites de l’accouchement.

Depuis sa chute lors d’un tournois de joute équestre, blessé à la tête. Désarçonné, il tombe, et perd connaissance. Mais quels dommages irréversibles son esprit a-t-il subi lors de cette malheureuse chute ? La médecine de l’époque ignore encore le traumatisme crânien. L’homme qui revient d’entre les morts est un tyran : colérique, vicieux et cruel. Il prend de l’embonpoint. Son humeur est plus instable que jamais. C’est cette figure imposante qui est restée. Le peintre Hans Holbein l’immortalise en grande tenue : il est obèse, le visage bouffi, l’expression impénétrable et sa barbe rousse.

Henri VIII, tueur de femmes

19 mai 1536 Elle avance sous les hurlements de la foule.Certains lancent des jurons.D’autres des immondices. Ils veulent voir.Voir de près.Voir sa mort.La mort d’une reine. Anne Boelyn est parvenue aux pieds de l’échafaud. Elle monte...