fbpx
Accueil » Jackass, toujours imité, jamais égalé !

Jackass, toujours imité, jamais égalé !

 

Au 2e étage de la chambre d’un petit hôtel californien, toute la famille Clapp, originaire du Tennessee, s’installe pour quelques jours de vacances.  

Philipp, tout juste 9 ans, découvre depuis la fenêtre de sa chambre, la grande piscine, à quelques dizaines de mètres en contrebas.

Tout sourire, une idée lui vient en tête. 

Il se précipite sur son sac, enfile son maillot, monte sur le rebord de la fenêtre et … saute ! 

Écoutez sur votre plateforme préférée :
Téléchargez l’application Podcast Story :
Abonnez-vous et activez la cloche pour ne rater aucun podcast !

Telle une bombe, il atterrit au milieu des baigneurs. Tous quittent précipitamment le bassin en hurlant de peur. 

Lui, fier et heureux, barbotte tranquillement dans l’eau.  

En saluant ses 2 grandes sœurs qui le regardent depuis le balcon, le petit garçon leur fait signe de le rejoindre. 

Autour de la piscine, tous encore abasourdis par la folie de son geste, plus personne ne dit un mot… 

Une fois de plus, la famille Clapp est invitée à changer d’hôtel. 

Pour le petit garçon, peu importe. Quel que soit l’endroit, il continue, encore et encore, ses folles cascades et ses défis stupides. 

Les étés passent, et toute la famille Clapp part de nouveau en vacances.

Philipp a maintenant 13 ans. Et toujours les mêmes idées en tête…

Une fois de plus, de grands hurlements se font subitement entendre depuis la piscine de l’hôtel. 

April, sa mère, se précipite immédiatement sur le balcon.  

En bas, au milieu du bassin, son fils nage tranquillement. 

Philipp vient encore de sauter. Mais cette fois-ci, depuis le 6e étage du bâtiment !  

Ingérable et complètement frappadingue depuis le plus jeune âge, Philipp Clapp est un véritable phénomène. 

Le 1 octobre 2000, sur la chaîne MTV, il devient Johnny Knoxville, l’une des vedettes les plus controversées de l’histoire de la télévision américaine.  

À la fin des années 1990, Johnny a 25 ans quand il déménage de Knoxville, dans le Tennessee, à Los Angeles. 

Pour soutenir sa femme et sa fille en bas âge, il décroche un petit job dans la publicité. Mais il s’ennuie. Ses folles envies de cascades lui manquent… 

Il contacte plusieurs rédactions et propose son idée : tester sur lui-même des armes d’autodéfense : spray au poivre, taser, gilet pare-balles… Pour ensuite écrire un article sur son expérience. 

Pour des raisons évidentes de responsabilité, tous les journaux refusent.

En 1997, il rencontre Jeff Tremaine, alors rédacteur en chef de Big Brother, l’un des meilleurs magazines de skateboard et d’humour de l’époque. 

Lui, adore l’idée ! Il embauche Knoxville comme journaliste et le convainc d’enregistrer tous ses défis en vidéo.

Le jeune cascadeur commence ses expériences : du gaz poivré en plein visage, un pistolet paralysant, des coups de taser dans les parties génitales, et des tirs au pistolet de calibre 38 avec un gilet pare-balles. 

Au sein de l’équipe du magazine, les vidéos de Knoxville font marrer tout le monde ! Rick, Chris et Dave, 3 collaborateurs du journal, ne tardent pas à rejoindre les délires de ce fou furieux de Johnny Knoxville. 

À cette époque, Bam Margera est un jeune skateur de Pennsylvanie. Les bras tatoués comme des manches de chemise, le jeune garçon est déjà une petite vedette depuis l’adolescence. À tout, juste, 13 ans, il devient skateur professionnel et les vidéos de ses cascades font vite le tour des magazines de sports! 

Avec Ryan Dunn, son acolyte depuis les années lycée, et quelques autres potes de l’époque, Margera monte son petit collectif. Ils enchaînent les cascades, les défis stupides et les folles sessions de skate qu’ils partagent en images.  

Comme les vidéos de Knoxville pour le magazine Big Brother, celles de Bam Margera et ses potes connaissent un vrai succès et attirent immédiatement l’attention de Jeff Tremaine. 

Convaincu par le potentiel que peut avoir une émission de cascades et de farces à la télévision, Tremaine appelle la Pennsylvanie et invite Bam et ses copains à Los Angeles. 

Au début de l’année 2000, Bam Margera débarque en Californie. 

Au même moment, de l’autre côté des Etats-Unis, en Floride, d’autres vidéos commencent elles-aussi à traverser l’Amérique. Celles d’un jeune clown de rue, complètement fou et adepte, lui aussi, de folles cascades. Le clown, c’est Steve-O qui rejoint à son tour toute la petite bande de Knoxville & Margera de l’autre côté des Etats-Unis, en Californie.  

Tous professionnels du spectacle : cascadeurs, sportifs de l’extrême, skateurs pro ou artistes de cirque, ils forment un groupe déjanté de 9 garçons : 

Citons, Johnny Knoxville: le chef de bande, SteveO : le plus fou, Bam Margera : le plus connu, mais aussi Ryan Dunn, considéré comme l’un des plus téméraires. 

Très vite, la popularité de toute la petite bande de Johnny Knoxville explose dans le monde Undergound du skateboard et ne tarde pas à attirer l’attention des plus gros médias… 

MTV, la chaîne musicale rock et rebelle du moment, gagne la bataille face à la concurrence et enrôle toute la fine équipe. 

Dans la soirée du dimanche 1 octobre de l’année 2000, devant leur téléviseur, plusieurs millions d’américains assistent, éberlués, à une série de folles cascades, de défis stupides, d’os cassés, de visages plein d’hématomes, le tout sur un déferlement de vomi et autres fluides corporels… 

Jackass est né ! Et son succès est immédiat.   

Dès le lendemain, les premiers échos se font déjà entendre dans toute l’Amérique :

Mais qui est donc cette bande de crétins qui fait tout et n’importe quoi ? 

À la deuxième émission, MTV obtient les meilleures audiences de son histoire :  avec plusieurs millions de téléspectateurs dans tout le pays, l’émission est déjà culte. 

Véritable phénomène de société aux Etats-Unis, Jackass dépasse très vite les frontières et débarque sur les télés du monde entier. 

En France, l’émission, diffusée à partir de 23 h, explose à son tour l’audimat de la chaîne. 

Partout, les jeunes ne jurent que par MTV et sa bande d’américains hilares. 

Chaque semaine, ils les regardent dévaler des escaliers dans un chariot de supermarché, s’agrafer les testicules à une table ou même encore, se jeter, tête la 1re, dans une fosse à purin… 

Pionnière de la comédie moderne, l’émission de cette bande de casse-cou en inspire déjà plus d’un :

Le Morning’Live de Mickaël Youn débarque sur M6 et Rémi Gaillard fait ses premières apparitions sur Internet sous le slogan « , c’est en faisant n’importe quoi qu’on devient n’importe qui… »

Les mains collées au mur, pantalon baissé jusqu’aux genoux et fesses à l’air, Johnny Knoxville s’apprête au défi: 

Il va recevoir une série de godemichets dans le postérieur à l’aide d’un bazooka, spécialement adapté pour propulser les sextoy. 

Positionnés à quelques mètres derrière, les premiers tirs claquent d’abord le dos. Johnny rigole encore.

Mais tous affinent le tir et se rapprochent de la cible… Les fesses claquent à leur tour ! 

Johnny rigole déjà un peu moins. 

La fine équipe vise le “rond central“.  

Johnny, lui, hurle de douleur. 

Et encore plus quand Steve-O réussit enfin à atteindre l’objectif… 

Après cette bonne tranche de rigolade, c’est maintenant au tour de Steve-O. 

Casque sur la tête, assis sur la cuvette d’une cabine de WC de chantier pleine d’excréments, il est projeté dans les airs par deux câbles élastiques accrochés à des grues.

La cabine s’emballe et tourne sur elle-même. 

Après quelques minutes de folles secousses, l’habitacle est ramené au sol. 

Quand la porte s’ouvre, Steve-O, couvert d’excréments de la tête aux pieds, apparaît complètement sonné.

Au plus grand plaisir de toute la bande de copains, le cascadeur ne sort pas indemne de ce défi. 

Enfin, pour conclure l’émission, tous s’apprêtent à jouer une partie de tennis. Raquette dans les mains, l’échange peut commencer… En guise de balle, un essaim d’abeilles !

Jamais une émission de télévision n’aura aussi bien porté son nom. 

Jackass, qui signifie « Abruti » en argot californien, repousse chaque semaine les limites du mauvais goût.  

Tels des adolescents délurés, nos crétins de service prennent tous les risques et n’hésitent pas à s’infliger, à tour de rôle, une multitude de défis humiliants et cruels, tous plus douloureux les uns que les autres.

Alliant l’exhibitionnisme au masochisme, la dérision et la provocation, ils jouent à tester sur eux-mêmes les limites de la violence et de la douleur. 

Et forcément, tout ça ne reste pas sans conséquences : commotion cérébrale pour l’un, épaules disloquées pour l’autre, points de suture & traumatisme crânien pour tous.

Pour le plus grand bonheur des téléspectateurs, l’historique médical de chacun d’entre eux s’alourdit à chaque émission. 

Pourtant, le show de télé continue à battre tous les records d’audience de la chaîne.     

Dès la première diffusion de l’émission, en 2000, Jackass annonce la couleur par de multiples avertissements : en début et fin de programme, après chaque pause publicitaire, des messages d’avertissements défilent. Le logo “danger“, est bien visible en permanence sur l’écran. 

Mais pour les jeunes, ces réserves sont perçues comme des incitations à les regarder ! Pire : à les imiter…

L’émission ne tarde donc pas à défrayer la chronique. Pas une semaine ne se passe sans que l’actualité ne soit émaillée de faits divers tragiques. S’inspirant de leurs modèles, des ados en mal de reconnaissance commencent à filmer leurs propres Jackasseries : 

Les premiers accidents mortels et autres blessures graves impliquant des adolescents et enfants se multiplient, aux Etats-Unis comme à l’autre bout du monde…

Cet après-midi-là, en Nouvelle-Zélande, Matt, un jeune de 17 ans, rejoint son ami Oliver. Affalés dans le canapé du salon, tous les 2 s’éclatent devant la bande de Johnny.

Knoxville sur MTV. 

Une idée leur passe alors par la tête. Ils descendent dans le garage, trouvent un bidon d’essence qui traîne sur l’atelier du père de famille et tous les deux, peaufinent leur défi.

Oliver s’assoit au milieu du garage, et Matt, à l’aide du bidon d’essence, trace un cercle autour de son ami. Boîte d’allumettes dans les mains, appareil photo autour du cou, il s’apprête à prendre une belle image d’Oliver au milieu d’un anneau de feu.  

Mais le liquide s’est répandu un peu partout : sur le sol du garage comme sur leurs habits. D’un coup-d’un seul, le jeune adolescent de 16 ans s’embrase ! 

Sous les yeux ébahis de Matt, Oliver disparaît sous les flammes… 

Condamné à trois ans de prison ferme pour avoir aspergé son copain, Matt racontera à son procès avoir simplement voulu, lui aussi, “jouer à Jackass“

Et toutes les semaines, ce type d’accident alimente les rubriques fait-divers du monde entier.   

Dénuée de sens et totalement absurde, dès les 1ers épisodes, l’émission provoque i de vives réactions jusqu’au plus haut sommet de l’Etat. 

Un sénateur américain monte au créneau. Il pointe du doigt l’indécence du programme et son incitation à un comportement dangereux.

Aux côtés d’associations de parents, plusieurs milliers de personnes s’engagent à leur tour à faire interdire le programme. Dans toute l’Amérique, les débats se multiplient. 

MTV annule toutes les diffusions de Jackass avant 22 heures. 

Pourtant, l’émission continue à faire autant fureur aux Etats-Unis. 

Les spectateurs, de plus en plus nombreux, ne ratent plus aucun rendez-vous avec la bande de copains déjantés : 

Affrontement avec un taureau, tir au pigeon humain, boisson désaltérante à base de sueur, de vomi ou de semence de cheval. 

Les défis à la sauce scatologique passionnent. Les téléspectateurs se régalent et la chaîne en profite… 

Malgré une programmation tardive et les nombreux messages préventifs : avant, pendant et après chaque épisode, Jackass continue à être décrié. 

Plusieurs autres séries, profitant du phénomène, utilisent à leur tour le nouveau programme d’MTV pour alerter sur le danger de la Trash tv, la télé poubelle, qui débarque en masse sur les écrans du monde entier. 

La série South Park est d’ailleurs l’une des premières. En caricaturant Johnny Knoxville  avec le personnage de Kenny, elle dénonce la mentalité du leader de Jackass, toujours prêt à n’importe quelle idiotie pour de l’argent et un peu de notoriété… 

La campagne acharnée de certains membres du gouvernement contre le programme conduit finalement MTV à censurer certaines scènes, avant d’annuler la diffusion des derniers épisodes de la saison, et d’y mettre définitivement un terme à la fin de l’année 2002. 

Malgré seulement trois années passées à l’antenne, entre 2000 et 2002, les trublions de Jackass sont parvenus à définitivement marquer l’époque de leur empreinte.

Aujourd’hui, l’émission est encore considérée comme l’un des meilleurs programmes télé de ces 25 dernières années. Elle constitue une partie importante de la culture populaire américaine des années 2000.

Mais après ces 3 années de pure folie, à la télé comme dans la vie, tous les membres de Jackass tentent à nouveau de retrouver une vie « normale ». Au cinéma ou à la télévision, chacun gagne son propre degré de succès. 

Johnny Knoxville poursuit une carrière d’acteur en apparaissant dans quelques films. 

Bam Margera commence une émission de radio et de télé.

Chris Pontius et Steve-O débutent également ensemble un nouveau programme : partir à la recherche d’animaux sauvages et exotiques pour tenter de s’y confronter. 

Mais peu de temps après le début de ces nouveaux projets, les conséquences physiques et psychologiques ne tardent pas à rattraper toute la petite bande.  

Il faut comprendre que pour prendre autant de plaisir à subir de tels châtiments et violences corporelles, le cerveau doit être en permanence conditionné. 

Tous les membres de jackass n’ont cessé, pendant des années, de consommer régulièrement de fortes substances : cocaïne pour se sentir plus fort, Kétamine pour ne plus sentir la douleur, MDMA pour oublier la peur, alcool et marijuana pour se détendre enfin. Et les séquelles sont rudes…

Bam Margera sombre de nouveau dans les drogues et n’apparaît plus que dans la rubrique fait-divers. Des ecchymoses plein le visage à la suite de ses combats à la sortie des bars, le cascadeur ne pense plus qu’à se battre…  

Steve-O, lui, a le cerveau en bouillie après de nombreuses années de consommation excessive de drogues dures. Il enchaîne les séjours en hôpital psychiatrique et les périodes sombres de grandes dépressions. 

Johnny Knoxville est condamné à uriner grâce à un cathéter après s’être fracturé le pénis au cours d’une cascade. Oui, la fracture du pénis existe. C’est ainsi qu’on nomme une déchirure sur la longueur… 

Dans la nuit du dimanche au lundi 20 juin 2011, à West Chester dans la banlieue de Philadelphie, une Porsche GT3, lancée à plus de 230 km/heure, heurte un rail de sécurité et s’envole dans les airs. 

À l’atterrissage, la voiture s’enflamme. 

A l’intérieur, Ryan Dunn et Zachary Hartwell, 2 des membres de l’équipe de Jackass sont déjà morts. 

Âgé de 34 ans, Ryan avait posté toute la soirée des photos de lui sur Twitter, verre levé en direction de l’objectif, comme pour trinquer à la santé de tous ses followers… 

Sous le choc, Johnny Knoxville, en tant que porte-parole de l’équipe, déclare la fin définitive de l’aventure Jackass.  

Bam Margera, lui, ne s’en remettra définitivement jamais. 

Alcool, drogues, excès en tout genre… Depuis plus de 20 ans, ce pilier de Jackass séjourne régulièrement en cure de désintoxication. 

Et la situation semble avoir encore empiré depuis le décès de son éternel meilleur ami.

Initialement engagé sur leur 4e film “Jackass Forever“‘, Bam Margera est finalement vite écarté par la production pour n’avoir pas respecté son contrat :  celui de rester sobre pendant toute la durée du tournage.

Un défi définitivement trop difficile pour l’acteur emblématique de la fine équipe… 

Depuis 2002 et la fin de la diffusion du programme sur MTV, le succès de Jackass n’a jamais cessé : émissions de télé, documentaires, jeux vidéo, DVD, Film en 3D, long métrage…

Tourné comme un film amateur, dans la logique des petits films réalisés en famille, Jackass se rapproche finalement plus de la réalité que d’une fiction. Avec un minimum de budget en poche, chaque production des membres du collectif génère immédiatement plusieurs centaines de millions de dollars de recette et domine le box-office américain.  

En 2022, la folle équipe de Jackass est enfin de retour sur les écrans du monde entier. Et la recette magique n’a pas changé : défis absurdes, cascades dangereuses et pitreries scandaleuses.  

Avec de nouveaux acteurs au casting de ce 4e film, Jackass repousse encore plus loin les limites de la bêtise : charge de taureau et décharges électriques, fractures et violentes chutes… 

Une multitude de cascades toujours plus impressionnantes, avec les conséquences qu’on connaît déjà : hémorragie du cerveau, cotes et poignets cassés, graves blessures et lésions cérébrales. 

Le phénomène Jackass, toujours imité, mais jamais égalé, commence tout de même à s’essouffler. Selon Johnny Knoxville, le film Jackass Forever, sortie ce mois de février 2022, serait donc définitivement le dernier de l’aventure.

Pourtant, malgré les cheveux grisonnants et les années qui passent, la bande de joyeux farceurs n’a jamais vraiment réussi à lâcher prise… Accro aux cascades, – et probablement aux revenus qu’elles engendrent , à presque 50 ans, on imagine difficilement la bande s’arrêter maintenant…

Comme quoi… Il n’y a pas d’âge pour faire les crétins.

Texte : Laurent Latappy

Voix : Pierre Édouard Bellanca

D'autres podcasts à découvrir

NETFLIX, TOU DOUM STORY

Aujourd’hui, je vais vous conter une belle histoire : Nous sommes un matin de février 1996, à Los Angeles.  Dans son immense...

Cinéma